[SOUVENIRS] En 2000, j’ai joué à « No One Lives Forever » (PC, PS2).

Paru sur PC le 4 décembre 2000, puis adapté deux ans plus tard sur PS2, No One Lives Forever (Monolith Productions – Fox Interactive) est probablement l’un des Quake-Like (FPS) les plus marquants de cette décennie. Premier point, le héros était une héroïne, ce qui n’était pas si courant en général et notamment dans les jeux de ce type (malgré le catastrophique Daïkatana où vous pouviez éventuellement incarner une femme). Vous étiez Cate Archer, espionne britannique qui travaille pour l’agence secrète U.N.I.O.N. et s’apprête à parcourir la planète pour traquer les agents de l’organisation C.R.I.M.E. qui veut « conquérir le monde » (façon Minus et Cortex). L’agent Archer était belle (coupe de cheveux à la Diana Rigg), forte et dotée d’un arsenal (armes et gadgets en tous genres) à faire pâlir la National Rifle Association (NRA) des Etats-Unis. En second lieu, le splendide univers du jeu avait tout pour ravir les fans du seul James Bond de Georges Lazenby (Aux services secrets de sa Majesté – 1969) et de « Chapon melon et bottes de cuir » : mode psychédélique, couleurs vives et mobilier kitsch aux formes arrondies étaient au rendez-vous. Bourré d’humour et de références en tous genres (Cate, lors de phases d’infiltration peut enfiler des pantoufles pour plus de discrétion) No One Lives Forever reçu à sa sortie un excellent accueil par les joueurs. Il fut d’ailleurs suivi en 2002 par « No One Lives Forever 2 : le CRIME est éternel » (Monolith Productions – Sierra Entertainment) et par un « spin-off » en 2003 nommé « Contract J.A.C.K » (Monolith Productions – Sierra Entertainment) où vous passiez du côté du C.R.I.M.E.

La mode étant aujourd’hui aux « remake-reboot-refonte », une large communauté de joueurs milite depuis de nombreuses années pour une suite ou éventuellement une version remasterisée de la série NOLF. Une tentative menée en 2014/2015 par Night Dive se solda hélas par un échec, les rachats ou fusions des différentes structures à l’origine de la saga NOLF firent qu’il est impossible de dire qui détient les droits (lire l’article complet de Kotaku sur le sujet)…et tout le monde semble s’en moquer, au grand dam des fans. Un conseil, si vous possédez le jeu : dispensez la bonne parole autour de vous en le prêtant, sinon si vous le voyez sur une brocante jetez-vous dessus vous allez adorer !

Et vous, y aviez-vous joué ?

Laisser un commentaire