[ON TIME PLAY] La Terre du Milieu : l’ombre de la guerre

Attendu comme le loup blanc par tous les joueurs du premier opus, La Terre du Milieu : L’ombre du Mordor (Warner / 2014) et regardé avec circonspection par les fans purs et durs de J.R.R Tolkien, Talion est donc de retour. Sans spoil ou test quelconque je vais vous parler ici du ressenti d’un joueur du numéro un qui est aussi fan de l’œuvre du fameux philologue britannique.

Le jeu

Dans la droite lignée du premier, le titre se présente sous la forme d’un jeu d’action à la troisième personne, dans un open-world segmenté en zones, agrémenté d’un brin de RPG.  Ajoutons à cela qu’est « recyclé » une nouvelle fois (dixit Mad Max aussi) les systèmes de déplacements et de combats initiés par Rocksteady dans sa trilogie Batman Arkham (Origins n’étant pas d’eux) … ce qui pour ma part est un vrai plaisir, puisque de mon point de vue c’est l’un des systèmes les plus fluide que je connaisse, à la limite de la chorégraphie. A noter que pour l’ombre de la guerre, Warner a bien entendu les critiques des joueurs du premier chapitre : notamment la monotonie des décors ou l’aspect « vide » du monde. Pour le coup, cette suite est visuellement belle ET variée selon les régions visitées puis les cartes sont remplies de missions ou challenges en tous genres … voire même un peu trop tant il y en a partout au début. La mécanique fondamentale de la licence, à savoir le système « Nemesis » est toujours présent et même très optimisé. Si d’un côté le jeu à comblé ses lacunes comme dit précédemment il a aussi largement capitalisé sur ses points forts, notamment cette incroyable sensation de puissance dégagée par Talion lors des combats, cela est encore plus vrai ici puisque les capacités du héros ont été largement multipliées.

L'histoire

C’est probablement là que les fans inconditionnels du Silmarillion, Bilbon, ou LSDA vont monter au créneau. Le jeu s’articule autour de 11 quêtes, dont trois principales (Gondor, Arachne et Eltariel) qui tentent de s’immiscer scénaristiquement dans les quelques trous laissés par Tolkien dans ses œuvres. Du point de vue d’un lecteur/amateur de l’univers de la Terre du Milieu, oui il y a de nettes incohérences et problèmes chronologiques liés à des personnages ou des événements. Néanmoins, et c’est là que je ne suis pas les experts auto-proclamés qui jugent (avant même la sortie du titre d’ailleurs) et jettent SoW aux lions, l’ombre de la guerre est à prendre pour ce qu’il est : un jeu. Par conséquent il prend clairement de grosses libertés, mais peu importe puisque son histoire (et juste la sienne) tient la route et pousse le joueur à voir sa fin (du moins la première). A ceux qui veulent s’assurer du « canon » de la Terre du Milieu, charge à chacun de lire les livres et voir ce qui y est et n’y est pas.

Quelques remarques complémentaires

En premier lieu, la variété du titre fait que de nombreuses heures seront nécessaires pour connaître la fin de l’histoire de Talion (30 heures, voire plus). Ceci sans compter sur les missions « vendetta en ligne » (venger un autre joueur) ou « sièges en ligne » (prendre la forteresse d’un autre joueur) qui peuvent se jouer … tant qu’il y aura des joueurs. En outre, j’ai lu ci et là des critiques parlant du côté répétitif, alors c’est rarement vrai dans les quêtes principales mais l’est clairement dans une seule quête en particulier (celle des forteresses). Enfin, sur le principe des micro-transactions que Warner s’est bien gardé de trop commenter, vous n’êtes pas obligés de « passer à la caisse » pour arriver au bout du titre, mais ce sera plus long et implique pas mal de « farming » comme on dit.

L'ombre de la guerre est disponible sur notre boutique à partir de 50.99€

Laisser un commentaire