[NEWS] Les prédateurs d’enfants ciblent aussi les jeux vidéo

Le jeu vidéo est un loisir, un moyen de se détendre (ou s’énerver) voire un art de vivre pour certains. Mais le monde vidéo ludique est aussi plein de dangers et c’est généralement lorsque nous nous retrouvons Older Players avec enfants que nous nous en rendons compte. D’un côté les titres eux-mêmes peuvent inspirer peurs et autres aux petits, ne serait-ce parfois qu’en nous regardant y jouer. Je me souviens par exemple avoir tué Hélios à mains nues dans God of War III (PS3) avant de me rendre compte qu’un de mes enfants était dans la pièce regardant la TV. Vision heureusement sans conséquences mais qui me pousse depuis à attendre certains moments pour jouer, du moins sur les titres « à risques ».

D’autre part, nous ne le dirons jamais assez mais les classifications, notamment le PEGI bien qu’il ne s’agisse que de « recommandations » dans ce cas précis ne sont pas faites pour rien. Par exemple, bien qu’étant loin d’être fleur bleue, j’avoue avoir quand même été surpris lorsque j’ai croisé récemment un petit de 8 ans me disant qu’il jouait en ce moment au GTA V que ses parents lui avaient offert à Noël.

Rançon du succès auprès des enfants, Minecraft est logiquement ciblé par les prédateurs …

En revanche, le site ABC vient de publier un article nettement plus inquiétant. En effet à l’heure des appareils connectés ou des MMO, les joueurs peuvent (très) facilement entrer en contact que ce soit par le biais des jeux directement ou via des communautés ou clubs. Au même titre que nombre d’entre vous probablement, en quête de partenaires pour un raid ou une mission il m’est souvent arrivé de me retrouver avec un, deux enfants ou plus dans une équipe de 6. Or, à l’image de ce qui se passe sur les réseaux sociaux et Internet en général, malheureusement ce terrain est semble-t-il de plus en plus investi par des prédateurs en tous genres. Selon le département de la justice du Wisconsin cité dans l’article susmentionné, le risque est décuplé car ces malades (pour ne pas dire autre chose) ciblent en priorité les jeux plébiscités par les enfants ou adolescents … Minecraft par exemple. Types de jeux sur lesquels même les parents très au fait de la sécurité peuvent parfois « baisser la garde ».

Cela fait froid dans le dos, mais même si le risque zéro n’existe pas il est toujours utile de rappeler que ne pas afficher ou fournir d’informations personnelles (âge, sexe, photos ou adresse), mettre des systèmes de surveillance et jouer la transparence sur les personnes croisées en ligne restent les meilleurs moyens de s’en prémunir.

Lire l’article d’ABC (Anglais)

Laisser un commentaire