[HUMEUR] Une semaine avec la Switch

Nous sommes le 10 mars, soit sept jours après la parution de la toute nouvelle console de Nintendo, j’ai nommé la Switch. Attendue au tournant après l’échec de la Wii U, cette nouvelle création originale de Big N semble atteindre ses objectifs, en termes de ventes du moins puisque selon les derniers chiffres communiqués elle aurait dépassé le démarrage en trombe de la Wii en 2006 de 10 000 exemplaires, soit 105.000 vs 95.000. Je fais partie de ces early adopters et vous propose donc un petit retour d’expérience après une semaine passée en compagnie de cette machine énigmatique.

La promesse

Lorsque Nintendo a dévoilé sa console au tout début de cette année, ils annonçaient une fois de plus une nouvelle approche du jeu vidéo, soit l’hybride salon/nomade sans oublier la convivialité chère à la marque. Je dois bien avouer que sur l’essentiel de ces points, la Switch tient ses engagements. Ultra simple d’utilisation, le passage d’un mode à un autre se fait on ne peut plus facilement sans aucune perte de jouabilité ou latence. Il est donc extrêmement aisé de quitter le salon pour se rendre ailleurs sans aucune interruption du jeu en cours … de ce point de vue c’est presque bluffant. Seul bémol éventuel, oui la console est nomade mais il est important de préciser qu’elle est assez grande (plus ou moins la largeur d’un Gamepad de Wii U) et plutôt lourde … génial sur le plan prise en main et jeu, mais beaucoup moins pratique dans les transports en commun ou autre. A l’instar d’une PS Vita, elle ne tient donc pas dans une poche et nécessite de mon point de vue une housse de protection car l’écran est très exposé puisque la console s’apparente à une tablette.

Le matériel

Au déballage de la console, ou « unboxing » comme on dit, j’ai constaté que la Switch est très bien finie et les matériaux sont qualitatifs. Les Joy-con sont bien conçus, le support manette malgré un plastique un peu trop lisse de mon point de vue ou sa petite taille (pour de grandes mains) est ergonomique et sa solidité est affirmée par la présence de glissières en métal. Le dock est sobre mais propose quand même port USB et volet pour masquer/regrouper les câbles HDMI et d’alimentation … c’est bête mais c’est à noter. Petit complément, à la différence de certaines 3DS dont certains se souviennent probablement, oui le câble d’alimentation est bien inclut dans le pack tout comme le sont des dragonnes pour les Joy-Con (petit souvenir des déboires des Wiimotes en 2006).

La console elle-même

Sobriété semble le maître-mot de cette Switch. Au premier allumage, force est de constater qu’elle démarre rapidement. L’interface est très claire, réagit quasi-immédiatement (pour le moment) et rappelle Android, pour peu que vous passiez le thème en gris anthracite. Idem, la navigation va à l’essentiel avec peu de boutons sur le menu, de grosses briques pour les jeux et un accès direct aux comptes utilisateurs. A noter d’ailleurs, qu’en amont du lancement d’un jeu la console vous demande systématiquement à quel compte vous souhaitez associer la partie à venir. En l’état, les différents menus sont assez « vides », notamment par l’absence de services additionnels ou options propres à l’abonnement « online » Nintendo à venir, nouveauté largement teasée dans les informations à lire disponibles sur lesquelles est annoncé un lancement à l’automne prochain.

Puissance

Non la Switch n’égalera jamais la PS4 ou la Xbox One que ce soir clair. Toutefois après plusieurs heures passées sur Zelda il faut bien reconnaître que les capacités de la machine n’ont pas à rougir face à ses concurrentes. Bien sûr, The Legend of Zelda : Breath of the Wild étant le fer de lance de la console, il va de soi qu’il tire bien parti des composants de la Switch, mais indéniablement c’est absolument splendide que ce soit sur grand écran ou en version nomade … rien à redire. Et après tout, ce n’est pas parce qu’un jeu est au faîte de la puissance graphique qu’il est forcément bien 😉

La console et les enfants

Petite remarque supplémentaire, j’avoue avoir été assez surpris par la réaction des enfants que j’ai vu face à la Switch. Avec un père OlderPlayer les miens sont bien entendu habitués aux consoles puisque nous les avons quasiment toutes, mais cela s’est aussi vérifié avec ceux des autres venus essayer à la maison le nouveau bébé de Nintendo. J’ignore si c’est par ce qu’ils aiment les Lego ou parce que le côté « kit » leur plaît, mais ils se sont tous appropriés l’utilisation de la Switch en quelques instants. En outre, pour les parents soucieux de voir leurs enfants utiliser la console avec parcimonie, la fonction contrôle parental est assez poussée (timer, dépassement, statistiques, etc.) et se complète via une application mobile déportée … une très bonne idée qui évite d’intervenir directement sur la machine et donc s’affranchir des hurlements éventuels. Complément à ce dernier point, le contrôle parental permet de limiter/bloquer les accès en ligne mais aussi de restreindre l’utilisation des jeux en fonction de leur PEGI et pour une fois que cette classification est (bien) prise en compte c’est à souligner.

Nintendo a d’ailleurs publié une vidéo (FR) amusante mettant en scène Bowser et son fils pour présenter ledit contrôle parental :

Et demain ?

Après une semaine, vous l’aurez compris je suis très satisfait de cette nouvelle Nintendo (et mes enfants aussi). Maintenant, subsistent quelques craintes. La première concerne l’abonnement que Nintendo compte déployer en fin d’année, quid de l’offre en réalité ? Car pour le moment sont simplement annoncé « accès en ligne »,  « 1 jeu classique sélectionné » (dixit) par mois et des offres spéciales. Reste aussi en suspens la question des jeux, en effet une fois Zelda (c’est fait), Mario Kart Deluxe Edition (28 avril), Mario Odyssey et Splatoon 2 sortis que se passera-t-il ensuite ? Je me pose cette question, car les quelques excellents jeux spécifiques de la Wii U se sont hélas retrouvés noyés au milieu de portages réducteurs de licences présentes sur d’autres plates-formes concurrentes (Assassin’s Creed, Call of Duty, etc.). Wait and see donc mais ceci dit, compte tenu des 200 heures de jeu possibles dans Breath of the Wild nous avons quand même le temps de voir venir 😉

Si vous souhaitez voir la console en action, nous vous invitons à regarder notre session de stream réalisée la semaine dernière avec notre partenaire Master Kahyne :

Laisser un commentaire