[HUMEUR] Nintendo Switch : après la digestion …

Vendredi dernier Nintendo donnait sa grande conférence de présentation de la Switch. La nouvelle console de Big N se voulant nouvelle expérience et aussi vent de renouveau pour faire oublier le naufrage de la Wii U. Malgré d’indéniables qualités qui donnent envie, à laquelle je succomberait certainement d’ailleurs, pas mal de questions m’assaillent et m’inquiètent un peu quand même.

D’abord, Nintendo maître absolu pendant longtemps dans la capacité à changer la façon de jouer serait-il en panne d’idées ? Si la Wii était une vraie révolution, la Wii U un maigre prolongement avec son Gamepad hélas beaucoup trop sous-exploité, la Switch ne propose rien de réellement « nouveau ». Certes la console propose des options intéressantes, notamment son système de dock et sa/ses manettes amovibles. Mais, d’un côté le mode dock existait déjà pour les chanceux ayant pu se procurer la NeoGeo X en 2012 et de l’autre est-il réellement indispensable quand on sait qu’avec une bonne connexion il est possible de déporter ses parties de PS4 sur PS Vita voire sur mobile ? Pour le reste, hormis une optimisation technologique … Joy-Con, WiiMote ou PSMove … rien de très novateur.

En second lieu, bien sûr j’ai hâte de jouer à Zelda : Breath of the Wild, fer de lance de cette fameuse Switch. Toutefois, en dehors du sempiternel débat sur le nombre de jeux (à la sortie) et les licences « third-parties » je m’interroge un peu sur la puissance de la machine. Me reviennent encore en mémoire les mots de Nintendo lorsque l’on commençait à peine à parler de la « NX » où ces derniers laissaient penser que ladite machine serait « plus puissante que la PS4 et que la Xbox One ». Une fois la joie passée de revoir Link et Mario dans de nouvelles aventures, il faut bien avouer que les séquences de gameplay présentées sont à des années-lumière d’un The Order 1886, Gears of War 4 ou même d’un Shadow of the Mordor. Bien sûr le plaisir de jouer ne se limite pas à des graphismes, mais c’est la première chose que l’on voit et si je prends l’exemple des séquences de Super Mario Odyssey présentées … c’est un peu terne et pas très joli tout ça.

Autre point qui quelque part corrobore la fin du précédent : le stockage. Nous savions que Nintendo allait revenir au format cartouches, et de mon point de vue cela laissait augurer du positif puisque aujourd’hui, les mémoires flash peuvent atteindre plusieurs centaines de Go, voire des To. Ceci à mettre en regard des capacités au format disque, notamment le Blu-Ray et ses 50 Go environ (128 Go au maximum). Hélas, là où j’ai naïvement cru que ce choix impliquait le vœu des studios/éditeurs de pouvoir pousser au maximum leurs jeux sans se soucier de l’espace … eh bien, non. En effet, la publication de la taille du prochain Zelda vient d’annihiler tous mes espoirs avec ses 13.4 Go. Donc si je lis entre les lignes, même en admettant une compression incroyable, le jeu ne dépasserait pas 15/20 Go sur disque … donc très (très) loin des moyennes actuelles des titres estampillés AAA. A titre d’illustration, si je pense à un Wolfenstein : The New Order, Doom ou Quantum Break nous sommes déjà à plus du double !. Ceci sans compter que la version Wii U ferait 13 Go, soit seulement 400 Mo de moins.

Dernier élément qui circule depuis cette annonce, la capacité de stockage interne de la Switch serait de seulement 32 Go. En dehors d’avoir envie de râler (j’en avais déjà envie avec la Wii U), j’ajoute que nous voyons déjà la limite des consoles de à 500 Go et les constructeurs aussi puisque les nouveaux modèles s’équipent de disques de 1 To, donc 32 Go … pfffttt. Soit, d’aucuns diront que peut-être les jeux sur cartouches, à la différence des jeux sur Blu-ray ne nécessitent pas « d’installation » … OK, mais quid des mises à jour ? Sauvegardes ? Et des jeux 100% digitaux ? « C’est un peu court jeune homme » …D’autant plus lorsque l’on sait que la ludothèque des joueurs ne se limite pas à un seul et unique jeu, mais à plusieurs simultanément : titres enfants, titres famille et titres adultes par exemple. A titre complémentaire, si Nintendo comme annoncé se lance dans la course aux abonnements online du type PS+ ou XBL Gold avec des offres similaires … où va-t-on stoker les éventuels jeux « offerts » ?

Bref, vous l’aurez compris entre les petites phrases passées et les quelques faits tangibles à ce jour, malgré tout l’intérêt que je porte à la Switch je reste très circonspect. Premièrement sur sa capacité à retrouver sa place sur le marché de consoles face aux monstres de Sony et Microsoft. Quelque part, j’irai presque jusqu’à dire que les quelques informations techniques qui ont filtré auraient plutôt tendance à placer la nouvelle console de Nintendo face à l’excellente nVidia Shield que face aux PS4 et Xbox One … peut-être un choix ? En second lieu, sa capacité à tenir sur le long terme car le line-up annoncé compte déjà les licences phares de Nintendo mais aussi et surtout d’anciens titres, largement éculés/rentabilisés, d’éditeurs partenaires comme Rayman Legends ou Skyrim

Si ça se trouve le 3 mars au soir, je vous dirai lors du premier allumage de la Switch, que Zelda est plus beau qu’Horizon Zero Dawn, que les Joy-Con c’est ultra innovant et tant d’autres termes dithyrambiques … ou pas 😉

Laisser un commentaire