[HUMEUR] Ces jeux vidéo qui nous font prendre un air idiot…

Face à l’air bête devant un jeu vidéo nous sommes tous égaux. Qui n’a jamais tiré la langue sur une phase d’enchaînement de sauts sur Super Mario Bros. ? Qui ne se penche pas, seul au milieu de son salon, devant une scène d’action intense ou devant une simulation de vol ? Et surtout qui ne s’est jamais senti idiot à faire des mouvements répétitifs au milieu d’un métro ou d’un bus bondé ? Que celui à qui ce n’est jamais arrivé lève la main.

Exemple vécu : il y a quelques jours à peine, le trajet étant trop court pour lire un chapitre du dernier Maxime Chattam, mais trop long pour s’intéresser intensément aux jointures du plafond de la rame de métro … je lance Astérix Megabaffe (Bulkipix – 2013 – iOS/Android) sur mon mobile. Le jeu est une sorte de « Shoot the Dog » mais dans l’univers d’Uderzo (au demeurant très bien réalisé et respecté), à peine quelques lancés plus tard avec la jauge au max, mon sixième sens m’indique que j’attire les regards. Et pour cause, le lancer pleine puissance (ou pas) impliquant de faire des rotations rapides continues avant un « lâché » tout en souplesse sur l’écran, le tout au son du frottement du tissu de ma manche sur le côté droit de ma veste n’est pas des plus discret. Il ne m’aurait manqué qu’un tirage de langue en règle plus un juron bien senti quand pour la Xième fois mon romain s’écrase lamentablement sur le sol, pour que les quidams m’entourant se demandent s’ils ne sont pas en présence d’un malade.

Au regard de cet exemple, où je suis sûr beaucoup d’Older Player (ou pas) se sont reconnus, la question se pose de savoir si les créateurs des jeux le font exprès. D’un côté les mimiques : langue tirée, se pencher ou à bout de souffle juste après une fusillade compliquée sur Tom Clancy’s The Division, sont des réactions naturelles … même si ce n’est pas glorieux. Par contre, nous placer dans la peau d’un joueur de tennis acrobate au milieu du salon avec la Wii, faire des moulinets avec les doigts dans les transports en commun (ou la souris chez soi) sont bien du fait des studios et éditeurs. Un peu à l’image d’Alain Chabat quand il assuma pleinement le nom de son film « RRRrrr !!! » (2003) en disant qu’il voulait entendre et voir les gens demander des places aux caisses de cinéma. Et le pire dans tout cela, c’est que nous n’en sommes qu’au début car avec l’arrivée de la VR ce sera notre être entier qui se retrouvera dans les positions les plus absurdes. De quoi bien faire rire nos proches et probablement les créateurs qui ne manqueront pas d’imagination…

Et vous, avez-vous quelques anecdotes sur le même registre ?

Laisser un commentaire