[HISTOIRE] Une console, une histoire : la Super Nintendo

Je vais vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent (vraiment) pas connaître. Une époque où le jeu vidéo était scindé en deux factions principales : les Sega-istes et les Nintendo-iens. En cette bonne année 1992, le 6 juin exactement sortait la Super Nintendo (Super Famicom pour les intimes Japonisants) en Europe. Arrivée sur le marché près de deux ans après la Mega Drive de Sega, la nouvelle console de Nintendo allait faire entrer le jeu vidéo dans une nouvelle dimension. Certes il s’agissait d’une 16 bits, soit la même puissance que sa concurrente principale mais la révolution n’était pas à ce niveau, car la courses entre les constructeurs se faisait sur les licences.

La Pack qui contribua à la légende !

Au début des années 90, deux mondes vivaient juxtaposés : celui des consoles personnelles et l’univers de l’arcade. Depuis longtemps, le monde des consoles de salon cherchait à calquer la même expérience que celle des bornes, mais malgré des titres comme Altered Beast, Shinobi et quelques autres c’était rare, d’autant plus que lesdites licences étaient souvent « downgradées » pour des questions de puissance. En 1992, Nintendo allait frapper très, très fort en proposant dans la foulée de sa sortie Européenne un pack console + Street Fighter II, le fer de lance des jeux de combats du monde arcade sur lequel nombre d’entre nous ont dépensé presque de quoi acheter la borne dans les bars ou salles dédiées. Vendue 1490 FRF contre 990 FRF seule ou 1290 FRF avec le très bon Super Mario World, la console ne tarda pas à exploser les scores de vente mais ce n’était que le début.

La SNES, berceau de la célèbre série !

Si la Super Nintendo fit entrer la licence phare du moment dans les maisons, elle fut aussi le berceau de titres qui constituent aujourd’hui encore les fondements de line-up de Nintendo : Mario Kart, Super Mario World 2: Yoshi’s Island, F-Zero, Donkey Kong Country, Starwing (dont la cartouche intégrait une sorte d’accélérateur pour la gestion de la 3D), ceci sans oublier les titres que furent Super R-Type, The Magical Quest starring Mickey Mouse, Teenage Mutant Ninja Turtles IV : Turtles in Time ou la trilogie Super Star Wars. Enfin, mention spéciale au mythique The Legend of Zelda : A Link to the past, qui 25 ans après sa sortie est encore considéré par beaucoup comme le Zelda le plus abouti. A noter d’ailleurs, que Nintendo entendit les requêtes des Older Players que nous sommes pour revoir un Zelda de cette forme visuelle en sortant l’excellent The Legend of Zelda : A Link between worlds en 2013, puis le sympathique Triforce Heroes en 2015 sur 3DS.

Pour l’anecdote, sachez que la console a connu plusieurs accessoires dont un socle nommé Satellaview plus ou moins successeur du Nintendo Disk System pour NES (mais sans les disquettes 3’1/2)  permettant de télécharger des jeux directement via le réseau satellite TV. Autre accessoire, le lecteur CD-Rom en collaboration avec Sony qui ne vit finalement pas le jour mais qui devait se nommer Super Nintendo Play Station … on se demande donc d’où vient le nom de la console de 1995.

Avec plus de 49 millions d’unités vendues (vs 40 pour la Mega Drive) et 10 ans de bons et loyaux services la production de la Super Nintendo fut stoppée en 2003. Enfin, un petit mot pour les collectionneurs, il subsiste encore beaucoup de Super Nintendo en circulation, aussi si vous cherchez à en acquérir une renseignez-vous bien car la fièvre inflationniste a gagné les vendeurs depuis quelques années et il n’est pas rare de trouver des consoles ou packs à des tarifs totalement déments, y compris des consoles jaunies ou incomplètes.

Laisser un commentaire