[HISTOIRE] Une console, une histoire : la Nintendo Gamecube

« Il y a quinze ans à peine, il y a quinze ans déjàaaaaaa » comme le chantait Mort Shuman dans un « Eté de porcelaine » rendu mythique par l’hôtel de la plage (1978). Eh oui, c’était il y a quinze ans tout juste que Nintendo annonçait sa Gamecube. Souvenez-vous de cette console déjà pensée pour la portabilité (à défaut de réelle mobilité) avec sa poignée intégrée.

La Panasonic Q … je la cherche encore !

Une console qui pour l’époque apportait un vrai changement chez Big N : le CD. En effet jusqu’à cette petite console de salon, Nintendo était resté fidèle aux cartouches (pour y revenir d’ailleurs avec la Switch). Toutefois, comme à son habitude le célèbre constructeur japonais ne pouvait pas se contenter des formats classiques, pour leur préférer un vrai/faux standard, des mini-CD donc.

Arrivée entre fin 2001 (Japon, Noram) et mai 2002, la Gamecube se heurta de front à deux machines déjà bien installées sur le marché : la Dreamcast de Sega (1999) et la Playstation 2 de Sony (2000) puis à la toute récente Xbox de l’entrant Microsoft. Malheureusement pour la Gamecube, indépendamment de sa qualité, elle ne rencontra pas le succès escompté d’une part car elle avait dès son lancement un certain retard technologique au regard de certaines concurrentes et surtout parce que les éditeurs tiers jouèrent assez peu le jeu de cette nouvelle machine.

Luigi’s Mansion, un des meilleurs titres de la console.

Le catalogue intéressant de la Gamecube se limita donc quasi exclusivement aux titres Nintendo dont les mythiques Mario Kart Double-Dash, The Legend of Zelda : The Wind Waker ou Super Mario Sunshine. Quelques titres extérieurs restent néanmoins gravés dans la mémoire des joueurs de cette époque, notamment Star Wars : Rogue Squadron 2 : Rogue Leader. Enfin, il est important de noter que la Gamecube fut le berceau de nouvelles licences propres à Nintendo dont les fameux Pikmin ou encore l’excellent Luigi’s Mansion et fut aussi le théâtre du début de la mode des « remastered » que nous connaissons bien aujourd’hui, avec le remake du premier Resident Evil.

Marquant la fin de la sixième génération de consoles, la Gamecube fut déclinée en plusieurs coloris (violette, noire, grise) et quelques éditions collector. Elle est encore assez répandue aujourd’hui mais certains modèles sont activement recherchés par les collectionneurs, notamment la Q née de l’alliance entre Panasonic et Nintendo, qui était la seule Gamecube capable de lire les DVD.

Laisser un commentaire