[DOSSIER] Une collection consacrée au jeu vidéo ? Pourquoi pas …

Pour un Older Player, le jeu vidéo c’est le titre et le support du moment mais c’est aussi tout un historique que nous avons traversé. Cette histoire, en restent témoins les boites de jeux qui meublent le bas inaccessible de l’étagère et les consoles associées souvent reléguées au grenier ou à la cave. Puis, un jour sous l’effet de la demande des enfants ou de son propre fait, vient l’idée saugrenue de les ressortir. Le tout dépoussiéré et rangé de façon plus appropriée que dans un carton en vrac, l’Older Player que nous sommes se dit que finalement il y en a pas mal des jeux et des appareils. Alors ? Pourquoi ne pas leur consacrer un peu de place pour avoir le plaisir de les voir, y rejouer, et éventuellement compléter la liste avec les titres que nous avons perdus (ahhh les fameux « prêts » ad vitam d’adolescents) ou ardemment désirés en vain. Là, à ce moment précis, vous venez de mettre un premier pas dans le monde impitoyable des collectionneurs.

Bien choisir sa sphère

Lorsque l’on démarre une collection dans ce domaine, les premières « pièces » sont de fait celles que nous avons acheté pour jouer… et c’est un début. Mais une fois que vous avez recensé puis vérifié l’état de vos 5 jeux Mega-Drive, 3 cartouches Game Boy Color, votre Xbox (première génération) plus une version de Halo 2, un viel Amstrad CPC6128 et votre actuelle PS4 avec Knack ou The Order 1886, reste à savoir ce que vous allez réellement « collectionner ». Cela paraît simpliste, mais il y a presqu’autant de collections qu’il y a de collectionneurs.

Toutefois se dégagent deux groupes principaux (les noms sont évidemment de nous) …

  • Les généralistes
    Par définition, ils aiment le jeu vidéo et tout son univers. En conséquence, ils achètent, engrangent et exposent tout ce qui y a attrait : jeux, consoles, ordinateurs mais aussi affiches, jouets, magazines et tout autre produit dérivé.
  • Les ciblés
    Nostalgiques ou passionnés à un moment précis, ces collectionneurs s’intéressent à une partie spécifique de cet univers : une console et tous ses titres, une période donnée ou un éditeur en particulier. A titre d’illustration, il y a peu de temps un passionné de la NES (Nintendo – 1984) présentait en ligne l’intégralité des titres sortis sur cette plate-forme, chapeau !

    … complétés par trois sous-groupes :

  • Les méticuleux (voire psychorigides)
    Ils peuvent être de toutes les catégories précédentes sauf que leurs choix d’achat sont uniquement dictés par la qualité. S’ils collectionnent les consoles, ils prendront soin que tout soit complet (boites, notices, câbles, plastiques, etc.), idem pour les jeux.
  • Les compulsifs
    Souvent généralistes, les collectionneurs compulsifs s’intéressent au jeu vidéo mais dans tous les sens, en conservant tout ce qui y a attrait, même des consoles ou des jeux abîmés, inopérants et incomplets.
  • Les parieurs
    Cas particulier, les parieurs gardent toujours en tête les notions de « rareté » et éventuellement « financière » (qui vont souvent de pair) sur les acquisitions qu’ils font. Cependant, malgré quelques histoires (ou légendes) de collections cédées à prix d’or : 300.000 dollars par ci, 500.000 par là … l’essentiel du temps, le jeu n’est pas le meilleur placement.

Dès lors, vous avez les cartes en main, dans quelle catégorie allez-vous vous inscrire ?

Dallas … son univers impitoyable !

Divisé entre ceux qui aiment le jeu et ceux qui y voient un investissement, la collection de jeu vidéo à clairement le vent en poupe à l’heure actuelle. Il suffit de faire quelques recherches sur Internet pour voir à quel point la tendance se développe … de manière totalement anarchique. D’un côté, celui qui souhaite acquérir une « Super Nintendo – Pack Street Fighter II », la même qu’il avait eu à Noël 1992 et que ses parents ont jetés au début des années 2000 en triant les cartons du grenier où il avait soigneusement entreposé ses affaires « inutiles pour une vie d’adulte indépendant ».  De l’autre, un quidam postant une annonce sur un site d’enchères ou de petites annonces et qui s’aperçoit que ledit pack est proposé par beaucoup de personnes à des sommes importantes. Problème, en fin de compte combien vaut-elle cette son console ? Eh bien justement, malgré quelques sites qui ci et là tentent de donner une valeur marchande, il n’y a pas vraiment de référentiel. Seules des estimations basées sur la moyenne des vendeurs/acheteurs peut donner une idée (approximative) de la valeur.

En tant qu’Older Player collectionneur débutant, il est très facile de se faire avoir (et cela arrive au moins une fois) au milieu d’une offre très vaste et parfois complexe. Tantôt vous sont proposés jeux soi-disant rares car tirés à peu d’exemplaires, tantôt des appareils en édition « numérotée-limitée-collector » à des tarifs exorbitants.

Quelques humbles conseils

Comme souvent mais pas nécessairement, et lorsque l’on a un portefeuille non-extensible (comme beaucoup) il faut commencer petit. Acquérir des pièces en bon état, fonctionnelles et idéalement complètes est déjà un bon début. Commencer par retrouver les titres et supports de son enfance et/ou adolescence est un bon moyen de démarrer une collection, puis de fil en aiguille passer aux autres. Prenez également garde aux éditions dites collector qui, l’essentiel du temps n’en sont pas du tout tant il y a eu de tirage.

L’objectif étant avant tout d’être satisfait de ce que l’on a acquis et de pouvoir en profiter en y jouant seul ou en famille voire simplement en contemplant. Une fois ces premières étapes franchies, vous aurez tout loisir de vous lancer dans la quête du Graal : masque 3D de la Vectrex (Smith Egineering/MB – 1982),  E.T (Atari 2600 – 1982) ou encore la Playstation 4 « 20th Anniversary Edition » 😉

NB. Pour ceux qui s’y intéressent, nous vous invitons à nous rejoindre sur Pinterest où nous avons listé (de manière non exhaustive) des consoles « éditions collector » et beaucoup d’anciennes consoles de jeux avec un petit descriptif historique.

Laisser un commentaire