[HUMEUR] Destiny 2 : l’oeil d’un gardien « Day One »

Hier soir à 19h00 se tenait la première présentation du gameplay de Destiny 2, et le moins que l’on puisse dire c’est que les gardiens de la première heure comme moi furent comblés. En effet, entre les nombreuses cinématiques et séquences de jeu réel, ce sont plusieurs dizaines de minutes disponibles qui ont permis de se faire une idée de ce qui nous attend à la rentrée prochaine. Prévu sur PS4, Xbox One (avec optimisations PS4 Pro, Scorpio, etc.) et donc sur PC le 8 septembre prochain, il y a peu de doutes sur le succès à venir.

3 ans que nous attendons que cette porte s’ouvre enfin !

A ce titre, force est de reconnaître que depuis la sortie du premier opus le 9 septembre 2014, la licence Destiny a réussi le pari incroyable de fédérer une immense communauté fidèle (plus de 16 millions de joueurs au début) en peu de temps et sur un marché où la concurrence est rude.  Bien sûr au fil du temps et des DLC, il y eut haut et bas, mais les gardiens sont revenus régulièrement le temps d’un assaut, un raid ou juste pour un événement.

Le tour de force de Bungie est d’autant plus impressionnant puisqu’au sortir de près de 3 ans de vie, le jeu a changé de stratégie : out la décennie de vie annoncée initialement et remise à zéro (énervante) des compteurs avec le second opus. Idem, au même titre que certains films au succès colossal, rarement des joueurs sont sortis d’un jeu bouclé et rebouclé x fois sans finalement comprendre réellement l’univers dans lequel ils ont passé de jours et des jours à chasser Déchus, membres de la Ruche, Vex ou Cabals. Certes, d’aucuns diront que Destiny ne se joue pas pour son scénario et c’est vrai, néanmoins nombre de joueurs ont été gênés par cette absence d’histoire. Et c’est là que tient en partie le succès du titre : l’écoute du studio. En effet, en dehors d’animer correctement et assidûment sa communauté, Bungie a tenu compte des demandes et ce dès le départ, que ce soit en augmentant la taille du coffre ou sur des éléments plus fondamentaux comme des clés de compréhension de l’univers amenés lentement via des mini-cinématiques inaugurées avec le Roi des Corrompus en septembre 2015.

Dans cette même logique, Destiny 2 semble répondre aux attentes. Certes, je ne suis pas sûr que nous comprendrons ce qu’est le Voyageur cette année, mais l’histoire semble plus scénarisée, les objectifs de la campagne plus clairs (et par étapes) puisqu’il va s’agir de recouvrer nos pouvoirs perdus après l’invasion du chef Cabal Ghaul ou encore une part non négligeable d’exploration, parent très pauvre du premier volet.

Pour ce faire, Bungie promet beaucoup de missions, trois nouvelles « planètes » (Io, Titan et Nessus) en plus de la Terre, de nombreux assauts, de nouvelles doctrines, armures ou armes (exotiques bien sûr), sans oublier les raids, expérience unique dans le jeu vidéo de mon point de vue. Enfin, preuve complémentaire de l’écoute du studio, la possibilité aux gardiens solitaires de ne pas se retrouver exclus des raids, car nombre de joueurs n’ont pu en profiter, le mode de jeu impliquant une équipe avec coopération et échanges (vocaux de préférence). A ce titre, Bungie va donc intégrer plus profondément dans Destiny 2 le système de clans où chaque membre peut trouver une place et faire bénéficier à tous de ses avancées via des récompenses partagées.

Bref, vous l’aurez compris Destiny 2 tel que présenté coche toutes les cases des attentes des joueurs existants. Seule interrogation : le jeu arrivant sur PC pour la première fois, son objectif de conquête sera-t-il atteint ? Car malgré nombre de lacunes, son univers est désormais maîtrisé par les gardiens actuels, or pour les PCistes se retrouver plongés dans une tour ravagée en compagnie de Cayde-6, Zavala ou Ikora qu’ils ne connaissent pas va probablement impliquer un petit temps d’adaptation.

Laisser un commentaire